Centre d'Accueil d'Urgence (C.A.U.)

Titre: 
Présentation générale
Body

Mission :

(art.2 de l’arrêté du 15/03/99)
« Le Centre d’accueil d’urgence a pour mission d’organiser en permanence un accueil collectif de 9 jeunes qui nécessitent une aide urgente consistant en un hébergement en dehors de leur milieu de vie familial.

Le Centre contribue également à l’élaboration de programmes d’aide pouvant être mis en œuvre à l’issue de l’accueil du jeune par le centre selon les directives données en ce sens par l’instance de décision. »

L'arrêté du Gouvernement de la communauté française      


Population cible :

Tous les jeunes (garçons et filles), âgés de 6 à 18 ans, à l’exception des jeunes présentant des troubles graves du comportement tels que : passages à l’acte violent et répétés, toxicodépendance active, handicap physique ou mental trop invalidant ou troubles d’ordre psychiatrique.


Mandat :


Le C.A.U travaille sur mandat d’une instance de décision qui est le conseiller de l’aide à la jeunesse ou le directeur de l’aide à la jeunesse ou le tribunal de la jeunesse.
Le mandat ne peut concerner qu’un seul jeune.
Le mandat doit préciser les objectifs poursuivis, ses motifs et sa durée qui est au maximum de 20 jours.
Uniquement sur décision motivée, l’instance de décision peut renouveler une seule fois le mandat pour une période de 20 jours maximum.
Le C.A.U. peut, par décision motivée, refuser l’accueil d’un jeune, lorsque ce jeune a fait l’objet d’un accueil durant les 20 jours qui précèdent la date du mandat, dans un autre C.A.U.

Le C.A.U. peut, exceptionnellement, sans mandat d’une instance de décision, accueillir d’autres jeunes âgés de moins de 18 ans, sur demande du procureur du Roi, d’un Centre Public d’Aide Social, d’un service d’Aide en Milieu Ouvert ou d’un Service d’Aide et d’Intervention Educative. Cet accueil ne peut dépasser 24h ou 72h s’il s’agit de la veille d’un week-end, sauf à être prolongé d’un mandat.


Objectifs :

- Offrir un espace de médiation et de transition aux jeunes en dehors du cadre de vie habituel.
- Dédramatiser et gérer la situation de crise avec le jeune et sa famille et/ou les proches.
- Proposer un lieu sécurisant et structurant.
- Amorcer un projet d’avenir avec le jeune, ses familiers et les services intervenants déjà dans la situation, dégager des pistes de résolution des problèmes.
- Aider le jeune à devenir acteur de sa propre histoire et sujet dans le choix de son devenir.


Procédure d’admission :

Les demandes d’admission peuvent être faites directement au C.A.U. par voie téléphonique.
La décision est prise dans les plus brefs délais.
Une entrevue préliminaire avec le représentant de l’autorité mandante et le jeune et/ou sa famille est toutefois souhaitable.

R.O.I.            

Titre: 
Le Centre d'Accueil d'Urgence de Gilly
Body

Siège administratif :

rue de Gozée, 706
6110 MONTIGNY-LE-TILLEUL
Tél : 071/92.39.59
Fax : 071/92.39.52
Mail

 
Bernard DEWIEST
Directeur Général f.f.

Siège d'activité :

Chaussée de Montignies, 90
6060 GILLY
071/48.91.51


Projet éducatif            

Photos

Le Centre d'Accueil d'Urgence est un lieu d'observation, de sécurisation et de restructuration du jeune.
Le passage en C.A.U. doit permettre, outre un bilan général (médical, psychosocial, administratif, ..) d'établir, avec et pour le jeune, un programme d'aide et un projet négocié avec les parties concernées susceptible d’être mis en place à sa sortie.

Le C.A.U. ne doit en aucune façon être considéré comme un lieu de sanction.

Conformément à son agrément, le C.A.U. peut donner priorité aux situations provenant de son arrondissement judiciaire.

Titre: 
Le Centre d'Accueil d'Urgence La Madeleine
Body

Siège administratif :

rue de Gozée, 706
6110 MONTIGNY-LE-TILLEUL
Tél : 071/92.39.59
Fax : 071/92.39.52
Mail

 
Bernard DEWIEST
Directeur Général f.f.

Siège d'activité :

Rue de Borfilet, 12A
6040 JUMET
071/92.39.83

Le 1er avril 2017, le CAU la Madeleine a ouvert ses portes.

Nous mettons, autant que possible, l’accent sur le lien avec la famille en accueillant régulièrement les parents en vue d’évaluer si une réintégration familiale est envisageable. Ces visites sont accompagnées par un éducateur, qui observe et propose des activités pour recréer petit à petit le lien, et apporter un soutien aux parents qui vivent une période difficile et sont souvent culpabilisés par le placement.
Il arrive toutefois que l’autorité mandante refuse tout contact entre l’enfant et ses parents, quand il y a eu maltraitance ou négligence grave. Si la réintégration familiale n’est pas possible, l’équipe prépare alors un placement à plus long terme soit vers un projet de famille d’accueil, soit vers un hébergement (SAAE ou SASPE).

L’équipe comprend 14 travailleurs à temps plein, une coordinatrice, une assistante sociale,10 éducateurs/trices, puériculteurs/trices et 2 techniciennes de surface. Le service fonctionne 24 heures sur 24, 365 jours par an, les horaires de l’équipes sont donc établis en conséquence.
Le moment de l’accueil de ces enfants, qui ont été perturbés, voire traumatisés, est particulièrement important. Il est assuré par l’éducateur référent, qui prend le temps de les intégrer au groupe, de leur présenter la maison, leur chambre, leurs jeux, etc.
Malgré l’alternance des enfants qui sont accueillis, l’équipe veille à créer une dynamique au sein du groupe, mais aussi à individualiser la relation, grâce à des moments de maternage durant les soins – bains, repas, massages aux bébés, etc. Le Service se charge aussi du suivi médical et administratif des enfants.