Accéder au contenu principal

Traitement d’un syndrome post-phlébitique par dilatation par ballon / pose de stent

La thrombose veineuse profonde des membres inférieurs (phlébite de la jambe) est une occlusion d’une veine de la jambe par un caillot. Dans la majorité des cas, le traitement médical basé sur une prise en charge médicale associant des mesures préventives, un traitement médicamenteux par anti coagulant, et le port de bas de contention va permettre une guérison sans séquelles. Parfois, les veines restent bouchées totalement ou partiellement malgré le traitement médical ce qui empêche le sang de remonter normalement vers le cœur et engendre divers symptômes dont un gonflement permanent de la jambe. Ces séquelles peuvent persister des années et être responsable de symptômes invalidants et d’une altération de la qualité de vie. On appelle cette maladie le syndrome post-phlébitique.

A ce stade, un traitement endovasculaire par recanalisation veineuse peut vous être proposé lors d’une consultation avec un radiologue interventionnel. L’indication de ce traitement sera posée de façon multidisciplinaire en accord avec un médecin spécialiste des veines (phlébologue ou angiologue).

Les symptômes les plus fréquents :

  • Gonflement de la jambe (œdème).
  • Sensation de jambe lourde.
  • Douleurs en particulier en station debout et à l’effort.
  • Des plaies cutanées ne cicatrisant pas.

Les causes :

La phlébite est une maladie très fréquente favorisée par de nombreux facteurs : intervention chirurgicale récente, traumatisme, prise de contraceptif oraux, alitement prolongé, néoplasie, antécédent de phlébite, thrombophilie… 

Examens diagnostiques à réaliser :

Un examen clinique répété devra être réalisé : l’indication de recanalisation veineuse peut être proposée chez les patients ayant des symptômes sévères (évalués par le score de Vilalta) évoluant depuis au moins un an.

Des examens d’imagerie : échographie doppler et phlébo-scanner ou phlébo-IRM afin de préciser la localisation de l’obstruction et de réaliser une cartographie précise du réseau veineux avant l’intervention.

Cet examen sera suivi d’une consultation avec un radiologue interventionnel qui vous proposera un traitement endovasculaire si votre bilan médical le permet. Votre cas sera discuté en réunion pluridisciplinaire (angiologue, médecins spécialiste en pathologie vasculaire) afin de déterminer le traitement le plus adéquat pour votre cas.

Indication:

Un traitement endovasculaire par recanalisation veineuse pourra vous être proposé si :

  • Vous avez un syndrome post phlébitique sévère évoluant depuis au moins 1 an.
  • Le traitement médical est optimal et bien conduit, associant exercice régulier et bas de contention adaptés.
  • La localisation de l’obstruction est située au niveau de la veine iliaque, fémorale commune ou veine cave inférieure.

Déroulement de l’intervention

Cette intervention se déroule sous anesthésie générale et dure environ 1heure.

Elle consiste à ponctionner une veine profonde de la jambe et y introduire différents dispositifs médicaux permettant de dilater la veine malade grâce un ballon (= angioplastie) et de mettre en place un stent (ressort en métal) dans la veine afin de maintenir la veine bien ouverte durablement.

Avantage du traitement par recanalisation veineuse:

Le taux de succès clinique immédiat et à moyen terme du traitement endovasculaire est bon si l’anatomie des lésions est favorable. On rapporte une disparition complète ou une amélioration des douleurs et gonflements dans 60 à 85 % des cas, une guérison des ulcères dans 70 à 80% des cas.

Risque du traitement par recanalisation veineuse:

Les complications de cette intervention sont rares. Toutefois, comme chaque intervention, il existe des risques liés à la procédure qui vous seront expliqués en détails par le radiologue interventionnel lors de la consultation.

Les complications pouvant survenir sont un hématome au point de ponction, une perforation d’une veine avec survenue d’un hématome, une douleur lombaire ou à l’aine à l’endroit où la veine a été dilatée, un risque de nouvelle intervention si le stent se bouche, et exceptionnel d’embolie pulmonaire. Enfin, il existe un risque hémorragique lié à la prise d’anticoagulant à prendre durant une durée de 6 mois après l’intervention.

Après l’intervention

L’intervention nécessite une courte hospitalisation pour observation (le plus souvent une nuit).

Le retour aux activités normales peut se faire dès le lendemain. Vous devrez poursuivre la prise d’anticoagulants oraux pendant 6 mois et porter des bas de contention.

Le suivi du patient :

Un suivi étroit sera prévu après l’intervention.

Un contrôle par échographie-doppler sera réalisé le lendemain de l’intervention par le radiologue interventionnel qui vous a opéré, et ensuite à 3 mois et 12 mois.

Une consultation de suivi sera également prévue chez un collègue spécialiste en pathologie veineuse.

RECOMMANDATIONS :

Vous devez signaler à votre médecin ou au service de radiologie interventionnelle de Marie Curie :

- La prise de médicaments (anticoagulants, antiagrégants ou de la Metformine).

- Tout risque de grossesse.

- Les allergies (produit de contraste iodé, pansement, etc…).

Ces derniers vous donneront les instructions quant à l’arrêt ou le changement éventuel de la médica­tion ainsi que la préparation à suivre pour réaliser l’examen.

 

Black SE et al. Management of acute and chronic iliofemoral venous outflow obstruction: a multidisciplinary team consensus. International Angiology 2020 February;39(1):3-16

Quoi de neuf à l'ISPPC ?