Accéder au contenu principal

Pneumologie

Le service de Pneumologie du CHU de Charleroi diversifie régulièrement ses activités et est spécialisé dans le traitement de diverses affections respiratoires visibles ci-dessous. 

Les sites hospitaliers Marie Curie et André Vésale disposent d'une unité d'hospitalisation en pneumologie. L'hôpital A. Vésale compte également un laboratoire du sommeil très développé (le plus grand de Wallonie!). L'Hôpital Léonard de Vinci est à la pointe de la revalidation cardio-pulmonaire ambulatoire.

Les consultations, quant à elles, ont lieu sur la plupart de nos sites, y compris les polycliniques. 

Chef de service
Dr PECHE Rudi

Téléphone
Prise de rendez-vous : 071/92.25.11
Secrétariat : 071/92.25.56 (Hôpital Vésale), 071/92.22.79 (Hôpital Civil Marie Curie)

Spécialités

Le service de pneumologie propose une revalidation cardiopulmonaire pour les patients présentant une insuffisance respiratoire ou cardiaque, pour les patients déconditionnés ou qui ont perdu de la masse musculaire après un long séjour hospitalier.  

Elle peut être ambulatoire sur les sites de Marie Curie et de Léonard de Vinci ou hospitalière sur le site de Marie Curie.

La prise en charge est personnalisée et encadrée par une équipe multidisciplinaire qui dispense une série d’activités selon vos besoins (médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, diététicienne, logopède, tabacologue, psychologue et assistant social).

La réadaptation vise une amélioration de l’état fonctionnel, une augmentation de l’autonomie, de la qualité de vie ainsi que du bien-être psychologique.

Vous adopterez de nouvelles habitudes pour retrouver le chemin de la forme et de la santé.

L’oxygène est un élément essentiel à la vie, il assure le bon fonctionnement de l’organisme.

Dans le cas de certaines pathologies (problèmes pulmonaires, problèmes cardiaques, ou neurologiques...), le taux d’oxygène dans le sang est trop faible. Il sera alors préconisé de recourir à un traitement par oxygénothérapie.

Ce traitement peut se faire en milieu hospitalier ou bien à domicile, en cas de problème chronique.

L’oxygène permettra alors d’améliorer la qualité de vie du patient malgré une fonction respiratoire amoindrie par exemple.

Pour la prise en charge des patients ayant besoin d’une oxygénothérapie au domicile et au long cours, notre service s’engage à faire les démarches administratives nécessaires afin que le traitement soit adapté aux besoins de chaque patient tout en encourageant une vie active.

Il s’agit de la convention d’oxygène, demande que l’ISPPC introduit auprès de l’organisme assureur, tout en tenant compte des critères INAMI.

Les pneumopathies interstitielles diffuses sont un groupe de maladies altérant le parenchyme pulmonaire, se manifestant principalement par de la toux sèche et/ou un essoufflement inexpliqué à l’effort, et dont les origines sont très diverses, comprenant notamment la fibrose pulmonaire idiopathique, la sarcoïdose, les pneumopathies d’hypersensibilité, certaines maladies systémiques etc…

Non traitées, celles-ci peuvent évoluer vers une insuffisance respiratoire chronique sévère, raison pour laquelle il est important de les prendre en charge précocement.

A l’ISPPC, nous proposons des consultations dédiées à ces pathologies.

Le service de pneumo-allergologie se compose de 3 pneumologues formés en allergologie (titulaires de diplômes interuniversitaires en allergologie) et d’une pneumo-pédiatre également formée en allergologie : les Dr Anne Hoyez, Olivier Hanquet, Camille Grivegnée et le Dr. Spiridoula Balomenou.

Nous proposons des mises au point pour diverses allergies :

-          Allergies alimentaires (enfants et adultes)
-          Allergies respiratoires (enfants et adultes) et/ ou saisonnières ainsi que l’induction de tolérance (désensibilisation) aux pollens et allergènes perannuels.
-          Allergies aux venins d’hyménoptères (guêpes, abeilles, frelons…) ainsi que l’induction de tolérance aux venins.
-          Allergies de contact, dermatite atopique (adultes)
-          Allergies médicamenteuses (adultes) : 

  • Allergies aux antibiotiques, anti-inflammatoire, produits d’anesthésie,
  • Allergies au produits de contraste
  • Autres allergies médicamenteuses

Depuis cette année, au vu des nombreuses interrogations s’y rapportant, nous proposons également une mise au point avant vaccination (en l’occurrence pour la campagne de vaccination contre le SARS-COV2, mais une mise au point avant d’autres vaccins est également possible). 

La CPAP ou, en français, ventilation en pression positive continue, est un dispositif ventilatoire qui est utilisé pour traiter le syndrome d’apnées du sommeil.

Ce système est placé principalement pour les apnées obstructives mais peut être proposé aussi pour soigner les apnées centrales.

Il permet de maintenir les voies respiratoires supérieures ouvertes durant les différentes phases du cycle respiratoire et ainsi permet d’éviter l’apparition d’apnées durant le sommeil.

Des consultations sont développées à l’hôpital André Vésale, l’hôpital Civil Marie Curie mais aussi à la polyclinique Léon Neuens pour évaluer le risque de présence du syndrome d’apnées du sommeil, l’installation du traitement mais aussi le suivi.

Un technicien CPAP y est présent afin de répondre aux questions sur le matériel et de veiller à son bon fonctionnement.

La prise en charge du remboursement s’effectue via un système de convention sur critères fournis par l’INAMI.

La prise en charge de l’asthme a évolué ces dernières années.

Le traitement de référence reste une association de corticoïdes et d’un bronchodilatateur à longue durée d’action de type béta 2 mimétique et ce par voie inhalée.

Néanmoins il arrive que certains patients ne soient pas suffisamment soulagés par ce traitement et présente un asthme « difficile à traiter » soit parce qu’ils ne savent pas encore bien utiliser leur inhalateur, soit parce qu’ils sont en présences d’irritants (fumées, allergènes, médicaments...), soit parce qu’ils ont une autre maladie non traitée (sinusite, reflux…)

D’autres patients présentent un « asthme sévère » car malgré un traitement bien pris et les problèmes décrits ci-dessus écartés, ils gardent un asthme très symptomatique.

Notre centre s’occupe de la prise en charge de ces asthmatiques difficiles à traiter et asthmatiques sévères et leur procurent après sélection attentive les derniers traitements disponibles dans la prise en charge de l’asthme sévère qu’on appelle aussi anticorps monoclonaux.

Fatigue? Ronflement? Troubles de la mémoire et de la concentration? Maux de tête au réveil? Vous souffrez peut-être d’apnées du sommeil.

Lors d’une suspicion d'apnée du sommeil, il convient de consulter le médecin généraliste ou un spécialiste du sommeil qui pourra proposer de réaliser une polysomnographie pour établir le diagnostic.

Le syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAOS) est un trouble du sommeil assez courant ; près de 140 000 personnes sont aujourd’hui traitées en Belgique pour ce problème de santé.

Malgré ça, 8 patients sur 10 sont encore non diagnostiqués et chaque année environ 15% de patients supplémentaires sont traités.

Le traitement fait le plus souvent appel à un appareil appelé CPAP, qui insuffle de l’air dans les voies respiratoires pendant le sommeil. Pour être remboursé en Belgique, ce traitement requiert systématiquement une polysomnographie au laboratoire de sommeil, dans un hôpital, pour confirmer le diagnostic. Une autre nuit à l’hôpital est le plus souvent nécessaire pour ajuster le traitement.

Le laboratoire du sommeil de l'hôpital A. Vésale est le plus grand de la Wallonie, il dispose de 10 chambres privées avec la possibilité de réaliser 10 polysomnographies chaque nuit. Le laboratoire du sommeil se trouve au 5ème étage, il a été complètement rénové et il peut accueillir des patients 7 nuits sur 7. Chaque hospitalisation est planifiée après une consultation chez un spécialiste en trouble du sommeil ou avec votre médecin généraliste.

La polysomnographie est un examen non douloureux et non invasif qui enregistre de nombreux paramètres comme l’électro-encéphalogramme, le ronflement, la fréquence cardiaque, les mouvements respiratoires, la saturation du sang en oxygène, la position et stades du sommeil etc.

Environ deux semaines après l’hospitalisation, le rapport complet de la polysomnographie est envoyé à votre médecin traitant et au médecin qui a prescrit l’examen de sommeil.

La polysomnographie permet aussi de diagnostiquer d'autres pathologies par exemple neurologiques comme le syndrome de mouvement périodique des membres inférieurs ou la narcolepsie.

En fonction de vos résultats un traitement sera proposé.

Contact :
Tél. : 071/92 14 57

L’endoscopie bronchique consiste en l’introduction d’une sonde munie d’une caméra, via le nez ou la bouche, dans les bronches du patient.

Le patient doit être à jeun minimum 4 heures avant l’examen, qui se réalise sous anesthésie locale via un spray anesthésiant administré dans le nez et la bouche.

L’intervention dure au total entre 5 et 10 minutes.

Le patient doit ensuite rester à jeun une heure après la fin de l’examen et peut retourner au domicile après accord du médecin.

Nous réalisons également des EBUS. Il s’agit d’un endoscopie bronchique couplée à une échographie. Les modalités de l’examen sont les mêmes que pour l’endoscopie classique mais nous utilisons des sédatifs intraveineux (rappelons qu’il ne s’agit pas d’une anesthésie générale) pour mettre le patient dans les meilleures conditions.

Enfin, nous réalisons également des ponctions pleurales. Cet examen consiste à retirer du liquide pleural pour analyse au laboratoire. Concrètement il peut arriver pour de multiples raisons que la cavité pleurale entourant le poumon se remplisse de liquide et cause de l’essoufflement au patient. Dans ce cas, il est utile de réaliser une ponction pleurale.

Le patient est assis sur une chaise. Le médecin, derrière lui, repère le liquide pleural à l’aide d’une sonde d’échographie, réalise une anesthésie locale et enfin insère un fin cathéter afin de retirer le liquide pleural.

Le service d’oncologie thoracique est constitué de trois onco-pneumologues (Drs Lecomte J., Vanderheyde K. et Terrones Munoz V.).

Nous prenons en charge les cancers qui se développent dans le thorax tels que les cancers pulmonaires, les cancers de la plèvre (mésothéliome), les cancers de la paroi thoracique, les cancers du médiastin (comme les thymomes) et les métastases pulmonaires provenant d’autres cancers.

Au cours de réunions multidisciplinaires (CMO) hebdomadaires et avec l’aide de l’expertise de chacun des participants (onco-pneumologue, pneumologue interventionnel, chirurgien thoracique, radiologue, anatomopathologiste, diététicien, soins palliatifs, radiothérapeutes et internistes), nous définissons un trajet de soins personnalisé pour chaque patient.

Grâce à nos différents collaborateurs, nous sommes à la pointe des innovations diagnostiques et thérapeutiques (chirurgie, radiothérapie, nouvelles molécules de chimiothérapie, traitements ciblés, immunothérapie, biopsie sous contrôle d’imagerie pulmonaire…)

Sans oublier la dimension humaine et mentale grâce à nos psychologues spécialisés dans les maladies cancéreuses, disponibles pour le patient, ses proches et sa famille.

Cette prise en charge complète ne serait pas possible sans notre infirmière de coordination, véritable cheville ouvrière dans ce processus thérapeutique.

Quoi de neuf à l'ISPPC ?